Réflexions pédagogiques

Faire de la grammaire au CE1 – F. Picot

Après avoir longuement hésité, je me penche de plus en plus sur l’ouvrage de Françoise Picot, Faire de la grammaire au CE1, pour la rentrée qui arrive. L’enseignement de ce domaine n’est pas le plus facile, surtout dans certains milieux, comme celui où j’exerce. Les élèves ne maîtrisent pas bien la langue. Parfois même, ils ont des difficultés à la parler. La culture n’est pas toujours la même à la maison, les parents ne parlent eux-mêmes pas très bien français, selon les familles. Le rôle de l’école est donc essentiel dans l’enseignement de la langue française.

Pourquoi ce choix ?

Plusieurs choses expliquent que je me sois penchée davantage sur cette méthode, alors que l’année scolaire 2017-2018 n’est même pas encore terminée.

  • Tout d’abord, je ressens une certaine lassitude dans l’utilisation de la méthode Réussir son entrée en grammaire des éditions Retz. J’ai utilisé cet ouvrage, clé en mains, depuis mon année de PES (retrouvez d’ailleurs quelques séquences par ici). Il m’a donc suivie pendant mes 3 années de CE1, ainsi que mon année en CLIS. Lorsque j’ai changé de niveau et rejoint un CE2, j’ai également utilisé cette méthode. Cela fait donc 5 années que je revois à chaque fois les mêmes textes, les mêmes séquences, les mêmes manipulations, etc… Certes, c’est un avantage : les fiches de préparation sont prêtes !
  • De plus, l’ouvrage des éditions Retz, bien qu’excellent et clé en mains, ne permet pas un rebrassage des notions déjà travaillées. Et c’est, je pense, ce qui manque à mes élèves. A mon sens, les rituels et autres activités annexes ne sont pas suffisantes. Même si la méthode Retz fait manipuler les élèves, la langue n’est pas assez étudiée en profondeur. Ce qui semble être le contraire avec la méthode Picot.
  • Enfin, mon collègue de CE1 utilise également l’ouvrage de Françoise Picot. Cela permet donc de créer une certaine harmonisation au sein du CE1, bien que, jusqu’à présent, cela n’ait rien changé à l’évolution scolaire de nos élèves. Mais plus j’en discute avec lui et plus cette méthode me semble appropriée au milieu dans lequel j’exerce.

Concrètement, la méthode Picot, c’est quoi ?

Je débute tout juste dans la « découverte approfondie » de cette méthode, mais je vous conseille cet article de Lala aime sa classe, qui décrit la méthode et son fonctionnement, pas à pas. Concrètement, qu’est-ce que j’en ai compris ?

    • La méthode fonctionne sur 4 jours et cela correspond à une séquence. Donc, grosso-modo 1 semaine = 1 séquence. Il semble également assez compliqué de l’utiliser en enseignement partagé ; mieux vaut être à 100%. Lala aime sa classe présente d’ailleurs l’utilisation de la méthode comme suit (si l’on est à temps plein).

Jour 1 : travail sur le texte et transposition + 2 exercices
Jour 2 : Travail sur les phrases et la phrase + collectes + 2 exercices
Jour 3 : travail sur le vocabulaire et les GN + collectes + 2 exercices
Jour 4 : synthèse et production d’écrit

  • L’apprentissage de la notion se fait via le biais de collectes. Il semblerait que celles-ci puissent être utilisées différemment de la méthode préconisée par Françoise Picot. C’est en tout cas ce que j’ai pu lire chez plusieurs profs-blogueurs…
  • J’ai pu lire sur plusieurs blogs que les exercices (téléchargeables par ici – rubrique « Contenus associés », si vous souhaitez vous faire une idée) sont visiblement assez nombreux et ne sont pas nécessairement tous réalisables, car trop chronophages.

Les ressources

Je vous proposerai, par la suite, un article proposant diverses ressources, refaites à ma sauce, bien qu’il en existe déjà beaucoup sur le net. Bien évidemment, il y a d’autres outils (comme ceux proposés par les profs-blogueurs). Mais, j’ai choisi ici de vous présenter les ressources de référence. Celles de sites officiels…

  • L’académie de Grenoble met à disposition un certain nombre d’outils, en version modifiable : ici.
  • Encore une proposition de documents de l’académie de Grenoble, avec la programmation CE1 à CM2 : .
  • Un document PDF de l’académie de Nantes pour expérimenter la démarche Picot au cours d’une séquence : ici.

Je vais donc continuer à en parler avec ma collègue, mais aussi à fureter sur le net. Je ne voudrais pas me lancer dans une méthode qui ne me conviendrait pas totalement. Surtout si mes modalités d’enseignement diffèrent l’année prochaine. Vous l’aurez compris, pour le moment, j’en suis encore au stade de la réflexion. N’hésitez pas, d’ailleurs, à me faire part de vos avis sur cette méthode, en CE1.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.