Outils de l'enseignant

CLIS • Préparer sa première rentrée en CLIS

Il y a un peu plus d’un an, j’écrivais cet article, pour partager avec vous mon affectation de l’année scolaire 2014 / 2015, en CLIS. Un choix de ma part. Une découverte que j’allais aborder avec bonheur. Aujourd’hui, un an après, on me pose beaucoup de questions, notamment sur la page facebook, quant à cette expérience. J’ai donc décidé aujourd’hui d’écrire cet article afin de vous faire partager mon retour quant à cette année, qui fut très enrichissante.

Que puis-je préparer pendant les vacances ?
→ Quand on ne connait pas ses élèves, ni leurs profils, il est difficile de préparer des programmations, et encore plus, des progressions. En revanche, il est tout à fait possible de se pencher sur un projet. Annuel ou périodique ? A vous de voir, mais si on se lasse, pensez que cela est pareil pour nos élèves. Attention, donc !

Il est également possible de préparer des évaluations diagnostiques, si vous avez pu obtenir des informations concernant les notions travaillées lors de l’année écoulée.


En cas d’élève violent, comment gérer les conflits ?

→ Il peut y avoir une multitude de réponses, selon le type de violence auquel vous êtes confrontés. Pour ma part, concernant les 3 élèves ayant ce profil, je devais les laisser seuls. Lorsqu’ils sentaient la colère monter, ils allaient souffler dans le couloir. Selon le degré de violence, je les surveillais uniquement, ou bien j’allais leur parler…tout dépend si le dialogue était alors possible (mais souvent, cela se voit sur leur visage…).
Mais attention, tous les élèves de CLIS ne sont pas violents. Cependant, des élèves à troubles du comportement sont souvent mal orientés, vers une CLIS D…


Comment monter un projet en CLIS ?

→ Le projet doit être fédérateur et intéresser le plus possible vos élèves. Il peut être pluridisciplinaire ou simplement lié à un domaine d’apprentissage. Pour ma part, j’ai choisi un projet art autour de Musette Souricette, mais également un projet autour de la Préhistoire.


Quel projet puis-je mener avec mes élèves ?

→ Tout dépend du type de CLIS dont il s’agit. Pour ma part, j’ai choisi de mener deux grands projets cette année : un voyage dans le temps (avec notamment un travail autour de la Préhistoire, qui a beaucoup plu) et un projet artistique, autour de l’album Musette Souricette (à retrouver ici).


Comment construire les progressions ?

→ Elles doivent avant tout s’adapter à vos élèves (logique…!). Mais il est difficile en CLIS de faire des progressions qui tiennent la route ; vous allez sans cesse les modifier, les adapter aux besoins de vos élèves. Outre la différenciation (quasi-individuelle), vous allez vite vous rendre compte que parfois, il faut changer ses plans pour accéder aux requêtes de nos élèves. Et bien souvent, tout est en lien avec le quotidien (en maths), leurs préoccupations (sciences, histoire, géographie) ou leurs intérêts (thèmes de lecture, …).

Comment amener les apprentissages ?
→ Par le jeu ! En CLIS, encore plus que dans les classes dites « ordinaires », il faut rendre les apprentissages ludiques et intéressants pour les élèves. Passer par le jeu, des ateliers de différents types, des phases de recherche en manipulation, seul ou à plusieurs (mais tout en canalisant les élèves…). C’est en passant par ce type d’activités que vos élèves vont progresser. Encore une fois, tout n’est pas identique d’une classe à l’autre. Il s’agit là de ce qui a fonctionné dans la mienne…

 
Comment construire l’EDT ?

→ Au début, l’EDT va être modifié. Beaucoup. Beaucoup. Surtout s’il a été préparé durant les vacances. En effet, vous allez vite vous rendre compte que rares seront les moments où tous vos élèves seront présents. Entre les inclusions, les prises en charge (au sein de l’école ou à l’extérieur) et les élèves à mi-temps, il n’est pas évident de construire un emploi du temps solide. D’autant plus que nos élèves ont (encore plus qu’en classe « ordinaire ») besoin de repères, de structure dans la journée : pensez bien aux rituels (pour ma part, tous les matins entre 8h30 et 9h-9h15, ainsi que chaque retour de cantine entre 13h30 et 14h-14h15).


Comment organiser les inclusions ?

→ Il faut avant tout voir avec les collègues et le prédécesseur, comment elles ont été organisées l’année précédente. En général, afin qu’une inclusion soit bénéfique et se déroule dans les meilleurs conditions, ont n’inclut pas un élève au-delà de N-2 par rapport à sa classe d’âge. Le but d’une inclusion est avant tout de permettre à l’élève d’acquérir des compétences, de se sentir inclus dans une classe « ordinaire », pas de les mettre mal à l’aise. Donc si vous avez un élève niveau CM2 non-lecteur, il est hors de question de l’inclure en CP pour les leçons de phono….sauf si celui-ci en fait la demande (ce qui vous montrerait que cela ne le gêne pas !). Auquel cas, il faut également voir avec le collègue d’inclusion, afin que l’élève soit accueilli le mieux possible par les élèves ET l’enseignant. Sans rejet. Sans contrainte.

 
Comment disposer la classe ?
→ On m’a toujours dit, que ce soit à l’IUFM ou bien en formation, que les élèves n’ayant pas une pleine maitrise de la lecture et de l’écriture devaient être face au tableau (élèves de cycle 2). C’est donc tout naturellement que j’ai choisi de disposer ma classe en »lignes ». Au début, il s’agissait de 3 rangées de 4 élèves. Puis, après discussion avec la psychologue scolaire et compte-tenu des différents comportements de mes élèves, nous avons tranché pour 2 rangées de 6 élèves. Avec un énorme espace entre les 2 rangées, ce qui m’a permis de facilement tourner les tables pour le travail en ateliers. Les autres avantages de cette disposition sont que j’ai pu circuler facilement entre mes élèves pour les aider, les corriger, etc. Mais cet espace a également laissé une possibilité d’aménagements de jeux d’adresse.

Prochain article sur la CLIS : un bilan mon année

1 Comment

  1. Vie de maitresse

    27 avril 2018 at 10 h 50 min

    Commentaires rapatriés :

    1
    florence
    Mercredi 22 Juillet 2015 à 16:14
    Merci pour tes conseils/réponses . et de prendre du temps de partager …

    2
    Vie de maitresse
    Mercredi 22 Juillet 2015 à 21:45
    Merci pour ton commentaire :).
    Avec plaisir. Si tu as d’autres questions, n’hésites pas 😉

    3
    marine
    Lundi 27 Juillet 2015 à 14:32
    Oui merci pour le partage!c’est super! Première année en tant que titulaire j’ai fait le voeu d être en clis mais je me pose beaucoup de questions. Je n ai aucune information sur ma future classe. Je sais que je ne peux rien préparer pendant les vacances mais je me demande plusieurs choses: doit on faire des progressions par niveau des élèves ou pour chaque élève? Quel est le niveau à atteindre pour chaque élève (y a t il des obligations )? Doit on faire de l individuel en phase de découverte ou justement on ne peut pas se permettre de faire de découverte à cause des différences de niveau?
    J’espère que tu pourras me répondre et te remercie grandement par avance!
    Marine.

    4
    Vie de maitresse
    Lundi 27 Juillet 2015 à 14:53
    🙂
    Pour ce qui est de mes progressions, l’an dernier j’avais regroupé mes élèves par niveau plus ou moins similaires selon les domaines (un élève niveau CE1 en français pouvait être en CE2 en maths et en CM1 en sciences, par exemple). Et j’ai ainsi réalisé mes progressions à partir de ça. Je ne les détaillais pas (juste la compétence visée) mais pour les travailler, je les différenciais, bien entendu !
    Il n’y a pas vraiment d’obligations en CLIS, puisque le but est d’aller au rythme des élèves. Cependant, j’ai entendu dire qu’il était bien qu’en quittant la CLIS il aient autant que possible au niveau au moins équivalent à celui du palier 2 du socle.
    Pour les découvertes, je les faisais par groupe, en fonction de mes niveaux et des compétences visées (type de fonctionnement double-niveau). Mais parfois, certains élèves percutent rapidement et du coup cette phase est « faussée » ! J’avoue que, de ce fait, j’ai beaucoup remis en cause ma façon de fonctionner et ce que l’on nous apprend à l’IUFM avec le modèle-type de déroulement d’une séquence et d’une séance…il y a des incontournables, certes, comme par exemple la phase de rappel (importante en classe « ordinaire », elle est essentielle en CLIS !!).
    J’espère avoir répondu à tes questions. Si tu en as d’autres, n’hésites pas à me les poser :).

    5
    amel
    Lundi 24 Août 2015 à 11:58
    Merci pour ce partage, je découvre la CLIS cette année et c’est rassurant de s’appuyer sur l’expérience de collègues! Bonne préparation de rentrée!

    6
    Vie de maitresse
    Mardi 25 Août 2015 à 10:31
    Bon courage Amel pour cette année fatigante mais extrêmement riche 🙂

Laisser un commentaire